Pensées #1 : « Avoir la dalle »

Publié par Baptiste FRANCOIS le

#Avoirladalle Ce matin, j’ai publié une photo de la pose de la dalle de la distillerie. N’ayant pas encore attaqué mon casse-dalle, et ayant le jeu de mot facile, il m’est venu l’expression « J’ai la dalle » pour légender cette photo.

Chers buveurs et suiveurs de la distillerie, chers bâtisseurs, savez-vous d’où vient cette expression ?
Un lien avec le repas, la faim, la maçonnerie ?
Que dal(le) ! Oui, « que dal » s’écrit sans prendre ses « L » et sans eux.

Au XIVe siècle, les Normands – descendants des scandinaves – (encore deux raisons de plus d’aimer ce mot) utilisaient le mot « dalle » pour nommer leur évier ! Ce mot est encore utilisé pour parler d’une petite auge, d’un conduit en bois, en métal… y compris en cuivre pour passer le sucre d’un bassin à clarifier vers le bassin à cuire avant distillation. Ce mot en argot fût utilisé pour parler de tout types de gouttières.

Ainsi, il servit à parler de la gorge et plus précisément de l’œsophage. L’expression « Avoir la dalle en pente » naquît, pour signifier « boire souvent » ou « boire beaucoup d’alcool ». On parlait aussi de « se rincer la dalle » ou « arroser la dalle ».

Simplifié en « Avoir la dalle », l’expression s’élargit ensuite pour parler d’un ventre vide, d’une grande faim faisant ressentir une sorte de « barre » à l’estomac. De sorte que – la vie est un éternel recommencement – quand on dit « que dalle », cela peut avoir d’abord signifié « rien que la faim », « rien à se mettre sous la dent »… puis simplement « rien du tout ». Le pire serait alors de « crever la dalle » qui veut dire « crever la dalle au ventre » et dans ce cas il faudrait un casse-dalle.

Bref :
– Maintenant je comprend mieux pourquoi les maçons boivent ;
– Jusqu’à aujourd’hui, mon banquier vous dirait que j’avais que dalle… dorénavant j’en ai deux et de quoi arroser les autres !

Moralité : Est-ce bien d’avoir la dalle ?

P.S.: Je n’ai pas parler de l’expression en lien avec le manque, le besoin sexuel… « il/elle a la dalle » ou « c’est un dalleux/une dalleuse », … On revient toujours aux mêmes choses : la vie, en profiter, avec une maison, des ami.e.s, et des bons alcools et plats !

Catégories : Au fil de l'eau

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *